En écoutant mes coaché(e)s, je me rends compte que trop souvent ils supposent ce que les autres pensent et le prennent pour le réel. Lorsque la supposition est positive, cela ne nuit pas mais lorsqu'elle est négative... ouille, aïe, la confiance en soi en prend un coup ! Alors que la supposition est de l'ordre du virtuel et non de la réalité. Le plus simple, si on peut, est de demander au lieu de supposer. La communication est, elle, bien réelle et préférable à la rumination dans notre tête !

De même pour les suppositions nous concernant nous-mêmes : "j'ai l'impression que j'ai été nul(le) à cette soirée", "je crois que...", "j'imagine que...". Toutes ces petites phrases qui trottent dans la tête et tournent en rond pour aboutir trop souvent à une dépréciation de soi. 

Alors si vous êtes aux prises avec de telles suppositions négatives, efforcez-vous de penser radicalement à l'opposé : "j'ai l'impression que j'ai été formidable, éblouissant(e) à cette soirée" et souriez ! Ces pensées contradictoires vont calmer votre mental qui s'était emballé et vous emmenait vers le fond d'une spirale infernale, votre cerveau va se rendre compte qu'il s'agit d'un jeu, celui des suppositions, des hypothèses et en aucun cas de la réalité ! Vous aurez pris de la distance et déjà tout ira mieux !

Vous n'avez rien à perdre à essayer en tous cas... et n'hésitez pas à commenter ou à aimer sur Facebook ou autre !